Henri Didon

Henri Didon (1840-1900)

Père de la devise olympique : "Citus, altius, fortus"

"Plus vite, plus haut, plus fort"
17 mars 1840
Henri Louis Rémy DIDON nait dans le village du Touvet, de Caroline-Euphrosine Guillaudin originaire de La Buissière et de Rémy-Auguste Didon huissier près du Tribunal de Grenoble. Le jeune Henri est baptisé le jour même de sa naissance. Le grand père Claude Didon témoin à l’assemblée de Vizille (21 juillet 1788) avait épousé une fille de Gaspard Chevrier et d’Elisabeth Perrin, Angélique-Alexandrine.

Septembre 1848
De 1848 à 1856 Henri DIDON fait de brillantes études au Petit Séminaire du Rondeau à Grenoble (actuellement Lycée Vaucanson). Il découvre les Jeux Olympiques du Rondeau créés par les élèves en 1832, année bissextile dont le 29 février avait été oublié dans le programme annuel…. Ce sont les premiers J.O de l’ère moderne avant ceux de 1896 à Athènes !... Henri DIDON sera triple champion olympique du Rondeau au cours de sa scolarité.

Juillet 1854
Mort de son père vénéré qui l’affecte profondément… Il croise dans les rues de Grenoble un moine vêtu de la robe de laine blanche et de la chape noire : « quel est ce prêtre-là ? C’est un dominicain. Ah ! et que font les dominicains ? Ils étudient et ils prêchent. Eh bien ! je serai dominicain ! »

Septembre 1856
Henri DIDON rejoint le noviciat dominicain de Flavigny sur Ozerain en Bourgogne » ou écloront les génies lyriques et les talents oratoires comme Bossuet, Lamartine et Lacordaire. … » C’est le benjamin du groupe avec ses 16 ans quand les autres ont entre 20 et 24 ans ! De 1861 à 1862 séjour à Rome au couvent de la Minerve, il est ordonné prêtre à 22 ans et devient prédicateur à Paris.

7 mars 1891 : naissance de la devise
DIDON organise la première rencontre sportive en France réunissant des élèves de l’Education Publique et de l’Enseignement Privé : c’est l’Olympisme avant la lettre. Son ami Pierre de COUBERTIN est à ses côtés quand, à la fin des compétitions sportives du collège Albert le Grand, Henri DIDON lance aux participants « mes enfants je vous donne comme devise sur les stades et pour la vie -CITIUS, ALTIUS, FORTIUS- (plus vite, plus haut, plus fort) » .

1894 Adoption de la devise de DIDON par le C.I.O
Le premier Congrès Olympique International te nu à la Sorbonne adopte sur la proposition de Coubertin la devise du Père DIDON « CITIUS, ALTIUS, FORTIUS ». DIDON est au même moment à Olympie ou il a emmené une « caravane scolaire » composée de ses élèves.

1896 DIDON aux Jeux Olympiques à Athènes
Les premiers J.O de l’ère moderne ont lieu à Athènes et DIDON s’y rend avec une nouvelle caravane scolaire après avoir été reçu avec ses élèves par le Pape à Rome. DIDON célèbre la première messe olympique de l’histoire des J.O dans l’église de St Denys l’Aéropagyte devant 4000 personnes… !

1897 DIDON préside le second Congrès Olympique au Havre
A la demande de son ami Pierre de COUBERTIN, le père DIDON ouvre le second Congrès Olympique International par une conférence « De l’influence morale des sports athlétiques sur la jeunesse française ».

13 mars 1900 L’apôtre olympique disparait….
« Plus haut, plus énergique, plus digne… », ce sont les mots du P. Ollivier pour l’hommage au père DIDON dans la cathédrale de Grenoble après des funérailles à Paris. A soixante ans Henri Louis DIDON porteur d’un message personnel de Waldeck Rousseau (président du Conseil) auprès du Pape Léon XIII, meurt d’une crise cardiaque avant d’atteindre la Ville Eternelle….

Bibliographie : « Et DIDON créa la devise des Jeux Olympiques » écrit par Alain ARVIN-BEROD